Mon histoire

Comment je suis devenue énergéticienne

 

D’une famille de profs athés, j’ai grandi dans un environnement fermé à toute forme de croyances. La curiosité et un besoin croissant de liberté intérieure ont égrainé mon parcours à Sciences Po Lyon. Au moment de quitter la vie étudiante et d’entrer dans les eaux troubles du monde du travail – tel que je le percevais alors – j’ai déclenché un trouble panique. Pendant de nombreux mois, je faisais des crises d’angoisse, parfois plusieurs fois par jour, alors même que je pensais aller bien. Cette expérience brutale a marqué le début d’une quête qui m’a menée à élargir mon monde, à chasser mes doutes et mes peurs, puis à assumer mes convictions. Elle m’a bouleversé au point, cinq ans plus tard, d’être mise face à l’évidence : à mon tour d’accompagner les autres en perte de repères ou simplement intrigués par ce nouvel essor des spiritualités.

Par ailleurs, j’ai toujours eu une appétence pour la transcription du monde en mots. C’est pourquoi, à vingt-cinq ans, je me suis consacrée à l’écriture de mon premier roman – une histoire d’amour entre une photographe américaine des années 1950 et un courrier diplomatique français. Achevé en 2020, Liaisons diplomatiques cherche son éditeur. J’effectue également le développement de Vert, un média en ligne sur l’actualité de l’écologie.

Ces activités participent de la même volonté de contribuer à un monde qui privilégierait la profondeur intérieure sur la possession matérielle, valeur phare d’une société de consommation destructrice de notre bien-être comme de notre planète.

Pour tous ceux qui présentent des symptômes d’éco-anxiété, découvrez mon kit de survie.